DECLARATION/ Prise de position des leaders politiques & activistes congolais en RDCongo & dans la diaspora

Prise de position des leaders politiques & activistes congolais en RDCongo & dans la diaspora

DECLARATION

Des leaders et activistes congolais disent  NON aux accords de Luanda, appellent le peuple congolais à la résistance et invitent la Communauté internationale à mettre un terme au projet de balkanisation de la RD Congo

Vendredi, 02 Décembre 2022


Le monde assiste, une fois de plus,  indifférent à l’agression rwandaise du Congo-Kinshasa maquillée en une pseudo rébellion qui œuvre contre la paix et la stabilité dans la région des Grands Lacs.


Au moment où des pays comme les États-Unis ou l’ONU semblaient avoir pris la mesure de la situation et exercent des pressions sur le Rwanda – nommément cité pour son  soutien à ses supplétifs du M 23 ,mais aussi pour la présence de ses troupes sur le territoire congolais – l’on note, avec effarement, le volte-face de la communauté internationale qui, via la  »EAC » , semble adouber le projet de balkanisation du Congo-Kinshasa dont Kigali est le propulseur.


Face à une telle menace contre l’intégrité et la survie du Congo-Kinshasa, nous, leaders politiques et activistes congolais, déterminés à amener notre peuple à s’assumer pour défendre sa dignité et sa  souveraineté, nous nous sommes  concertés et prenons position en ces termes :

  1. Les accords de Luanda, qui donnent lieu à un énième round des pourparlers entre le gouvernement congolais sans réelle légitimité et à la solde de l’extérieur, ne peuvent en aucun cas engager le peuple congolais qui ne se reconnait pas dans les dirigeants actuels qu’il n’a pas choisi et à qui il n’a donné aucun mandat pour aller brader la souveraineté de la République démocratique du Congo.
  2. Félix Tshisekedi  et ceux qui travaillent de connivence avec lui sont loin des préoccupations, des aspirations du peuple congolais et s’évertuent à hypothéquer ses intérêts.
  3. Après concertations entre plusieurs figures de la scène politique congolaise,  nous appelons tous les congolais qui aiment véritablement notre pays  , où qu’ils soient , à constituer dès ce jour un véritable front contre le processus inique d’occupation et de balkanisation de la République démocratique du Congo qui est désormais un secret de polichinelle pour tous .  Nous  exhortons tous les dignes filles et fils du Congo  à se lever comme un seul homme afin de défendre la patrie et, par tous les moyens, de barrer la route à tous les plans qui visent à accélérer la partition du Congo-Kinshasa,
  4. Ce projet funeste se traduit notamment, par  la mise en place d’une zone tampon à l’Est de notre pays qui s’apparente à l’aliénation d’une partie de notre territoire. Cette situation n’est pas sans rappeler certaines dispositions incongrues  et inacceptables de la Charte récemment signée par les États membres de la   »EAC » en prélude à la prétendue adhésion du Congo-Kinshasa à cette organisation que la position géographique de notre pays ne justifie pas. Sans oublier que cette organisation compte trois des pays agresseurs du Congo-Kinshasa à savoir le Rwanda, l’Ouganda , et le Burundi dont les troupes armées ont été clairement stigmatisées dans le rapport Mapping de l’ONU pour leurs exactions en Rdcongo. 
  5. En ce qui nous concerne, la solution à la crise qui mine la paix entre le Congo-Kinshasa et ses voisins passe obligatoirement par la condamnation, sans réserve par la communauté internationale, de l’occupation militaire et territoriale du Congo-Kinshasa par le Rwanda et l’Ouganda notamment, et non en invitant les congolais ou autres à quelque dialogue que ce soit avec des supposés groupes armés considérés comme des terroristes. Ces troupes étrangères en provenance du Rwanda pour la plupart , continuent à tuer et piller en RDC en toute impunité depuis plus de deux décennies tout en occupant nos terres après en avoir chassé ou massacré les populations congolaises. 
  6. A cet effet, nous estimons que le retrait sans condition de ces  troupes étrangères,  constitue l’unique moyen pour parvenir à la paix sans laquelle le peuple congolais n’aura de choix que de résister, comme d’autres peuples avant lui face à l’occupation de ses terres et au génocide en cours de sa population.
  7. Nous rappelons  à la communauté internationale que  »les dialogues  » contre nature se sont multipliés depuis la guerre d’agression imposée à notre pays en 1997 par le Rwanda , l’Ouganda et le Burundi et qu’ils n’ont jamais favorisé la paix mais , au contraire, ils ont systématiquement contribué à affaiblir notre pays dont l’armée est aujourd’hui infiltrée et incapable de défendre efficacement le territoire national. C’est pourquoi nous disons   »NON A CES DIALOGUES SYNONYMES DE CAPITULATION ET NON A TOUT PROJET QUI VISENT LA BALKANISATION DU CONGO-KINSHASA »  de qui qu’il vienne et invitons le peuple congolais à lui imposer une farouche résistance.

Désormais, notre sang, dont le sacrifice s’élève à des dizaines de millions des morts et plus de 5 millions de déplacés internes,  est notre vie mais aussi notre combat pour ne pas disparaître comme peuple et surtout ne pas voir notre pays implosé ou encore être morcelé. 

8. Enfin , nous dénonçons avec force le projet saugrenu de la communauté internationale qui encourage à tout prix  l’organisation des élections par le régime fantoche en place et au  service  de l’occupation, alors que des pans entiers de notre territoire demeurent occupés et que la priorité, pour notre peuple, est de mettre un terme à ce système qui le dépouille de sa souveraineté.
Nous dénonçons fermement cette manœuvre nocive car elle est une source de distraction qui vise à détourner l’attention de notre population des vrais enjeux, à savoir le risque de perdre notre souveraineté sur des pans entiers de notre territoire.
Nous inspirant du fait qu’aucun pays occupé au monde n’a jamais été libéré par des élections, nous nous opposons à la poursuite des élections  »qui perd gagne » déjà illustrés par les 3 scrutins biaisés précédents.  Des élections dans un pays occupé ne profitent qu’aux occupants ou à leurs marionnettes. 


Nous appelons donc  le peuple congolais à entrer en résistance et à s’opposer par tous les moyens à toutes ces manœuvres qui ne visent qu’à le dépouiller de ses terres et de sa souveraineté.


NON aux élections dans un pays occupé, NON à l’occupation, NON à toute idée de  balkanisation de la République démocratique du Congo


Le Congo-Kinshasa restera UN et INDIVISIBLE


Fait,  le 02 Décembre 2022

  • Albert MOLEKA (RDC)
  • Alain BOLODJWA (RDC)
  • Michée MANGALA (RDC)
  • Georges ALULA (USA)
  • Candide OKEKE (FRANCE)
  • Charly ESALO (FRANCE)
  • KWEBE KIMPELE (BELGIQUE)
  • Blaise KONGO (BELGIQUE)
  • Mohammed MBOYO (MAROC)
  • Professeur  KILELE (RSA)
  • Robert MBELO (UK)
  • Willy LOKASA (SUISSE)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :